Message

L'UE parviendra-t-elle à éradiquer le sans-abrisme d'ici 2030 ?

BAPN se penchera sur la question lors de la Conférence européenne sur le sans-abrisme, ces 8 et 9 février. Cet événement, organisée par la Présidence belge à l’Union européenne, rassemble les Etats membres, l'Union européenne et les partenaires de la société civile pour faire le point sur la politique européenne de lutte contre le sans-abrisme. La délégation de BAPN s’attèlera à faire entendre les recommandations des personnes porteuses de vécu de pauvreté, pour une meilleure prévention du sans-abrisme et des solutions de logement durables.

Des chiffres dramatiques

Les chiffres européens augmentent de façon spectaculaire et ont doublé au cours des 15 dernières années. Feantsa estime qu’en Europe, en 2023, 890 000 personnes vivaient quotidiennement dans la rue ou dormaient dans des centres d'hébergement d'urgence. Ce chiffre est peut-être bien plus élevé encore. Il y a une grande part d'ombre due à un suivi insuffisant et aux différentes définitions utilisées par les Etats membres. Le cadre Ethos encourage les décideurs politiques et les organisations à interpréter le phénomène de manière large et utilise une typologie basée sur les différentes conditions de vie et de logement des personnes sans domicile.!

)

Pénuries structurelles au niveau local

La grande pénurie de logements abordables, les politiques migratoires inadéquates et l'augmentation de la violence domestique sont les principales causes du problème. En outre, la protection européenne contre la crise du pouvoir d'achat et l'augmentation des prix du gaz, de l'électricité, des carburants, de la nourriture et des loyers est insuffisante. Les salaires sous-payés, les systèmes d'aide sociale défaillants et le manque d'accès aux soins de santé augmentent les privations et le risque de devenir sans-abri. Les familles avec enfants et les parents isolés sont extrêmement vulnérables et souvent obligés de se contenter de logements insalubres, surpeuplés, moisis, humides et mal entretenus.

Nécessité d'un changement radical

Cette hausse effrayante souligne la nécessité d'un changement radical dans la lutte contre le sans-abrisme. Une étude récente commandée par le Parlement (1) européen conclut que l'accent mis sur les dysfonctionnements individuels doit de toute urgence être remplacé par une approche systémique et préventive visant à mettre fin au sans-abrisme plutôt qu'à le gérer. Le modèle du logement d'abord (Housing First) – qui a donné de bons résultats en Finlande où le nombre de sans-abri est en chute libre – bouleverse les pratiques traditionnelles en utilisant l'outil du logement stable non pas comme un objectif final mais comme un point de départ sur la voie de l'intégration sociale.

(1) Homelessness in the European Union, PETI committee, Novembre 2023

Les personnes en situation de pauvreté formulent des recommandations

En concertation avec les personnes en situation de pauvreté de ses réseaux flamand, bruxellois et wallon, BAPN a élaboré un agenda social pour la nouvelle législature européenne. En participant à la préparation de la Présidence belge en 2023, en rencontrant la ministre Karine Lalieux, début 2024, et en assistant à la Conférence européenne sur le sans-abrisme ce 8 février, BAPN a mis un ensemble de demandes sur la table de la Présidence belge afin de pousser l'Europe vers une politique plus forte en matière de sans-abrisme. Le fil conducteur de nos demandes repose sur les cinq objectifs de la Déclaration de Lisbonne de 2021, signée par tous les Etats membres de l'Union européenne. BAPN plaide pour un ancrage de ces engagements dans la législation européenne comme une étape urgente et nécessaire pour garantir un hébergement d'urgence accessible, une progression immédiate vers un logement permanent après l'institutionnalisation et la détention, la prévention de l'expulsion et l'arrêt de la discrimination à l'encontre des sans-abri.

Lire notre dossier complet ici